Pourquoi je suis anti-couponing

Je déteste le couponing.

Voilà, c’est dit. En fait, je ne le cache pas vraiment, mais, avec le sujet de mon blogue, je reçois souvent des demandes pour partager des événements de couponing, pour suggérer le couponing comme façon d’économiser, etc. Et ma réponse est toujours et sera toujours : non, nope, no way.

J’avais envie d’expliquer plus en détail pourquoi je ne trouve pas que c’est la meilleure façon d’économiser, en tout cas, pas sur la nourriture.

couponing

Rapport temps investi/argent épargné

La principale raison pour laquelle je n’aime pas le couponing est que je ne crois pas que le rapport temps investi/argent épargné est intéressant.

Pour épargner 15, 20$ par semaine, plusieurs personnes passent plusieurs heures à feuilleter les circulaires, trouver les meilleures offres, comparer les prix, chercher des coupons (dans les circulaires, journaux, magazines, encarts, ou en ligne), les assembler par catégories, vérifier les dates d’expiration, puis faire une liste d’achats selon ce qui est plus avantageux. Ouf!

Et c’est sans compter que bien des coupons doivent être imprimés – et l’encre d’imprimante, c’est cher! Très cher! Ou d’autres requièrent qu’on envoie une preuve d’achat par la poste… Ou l’essence nécessaire pour se rendre dans 3, 4 différentes épiceries chaque semaine… Plus de dépenses. Pour… économiser?

Pour moi, le calcul est facile : si je gagnerais plus d’argent en travaillant une ou deux heures de plus (même au salaire minimum) qu’en passant cette même heure ou deux à faire du couponing, le couponing n’est pas l’option gagnante.

Entendons-nous : si je tombe sur un coupon offrant un rabais ou même une gratuité sur un produit que j’utilise, je ne fais pas « ark, le couponing! », je l’utilise! Si je fais un achat en ligne et que le shipping est dispendieux, il m’arrive de checker vite (2 minutes de recherche max!) s’il y a un code pour avoir le shipping gratuit.  Mais je ne cherche pas activement les coupons pour tout et tout le temps, car je crois que mon temps est mieux investi ailleurs.

Surconsommation

L’image que l’on donne du couponing dans les médias me donne mal au coeur. Des gens qui surconsomment à l’extrême sous prétexte qu’ils économisent, c’est ark, tout simplement.

Ici, au Québec, il y a des couponeuses moins extrêmes – je me rappelle encore d’avoir lu une entrevue avec Lili de OnMagasine, où elle mentionnait justement qu’elle couponait non pas pour accumuler des biens, mais pour pouvoir s’offrir des petits luxes comme un voyage. Ça, ça a du sens.

Ça ne sert à RIEN d’avoir des pâtes pour les 30 prochaines années. Il n’y a aucune raison valable, absolument AUCUNE d’avoir une telle collection. La plupart des épiceries ont un cycle des promotions assez facile à suivre, même sans efforts. Si on jette un coup d’oeil à la circulaire de l’épicerie la plus près de chez nous toutes les semaines, on va le voir assez rapidement. Sans avoir fait d’étude avancée, je dirais que le cycle se répète environ aux 3 mois.

Oui, le couponing peut mener à la surconsommation. Après tout, si c’est gratuit (ou presque gratuit), pourquoi ne pas en acheter? Mais la question qu’on devrait se poser en premier, coupon ou pas, c’est : est-ce que j’ai vraiment besoin de cet aliment? Oui, c’est bin bon des chips, des ailes de poulet préparées et congelées ou du Kraft Dinner, mais est-ce que j’en achèterais si ça me coûtait de l’argent? Dans le 3/4 des cas, si la réponse est non, vous ne devriez pas en acheter. C’est le fun de se faire plaisir des fois, mais ne remplissez pas votre garde-manger d’aliments « bin, c’était gratis… ».

Le gaspillage alimentaire, c’est un problème réel. N’y contribuez pas, de grâce!

De plus, la presque totalité des coupons offerts sur le marché sont pour les produits transformés et non pour des produits de base tels que les légumes, les fruits ou la viande. Je crois qu’il est mieux pour notre santé (et physique, et mentale) de cuisiner plus avec des ingrédients de base que de consommer plus de produits transformés, sous prétexte « qu’il y avait un coupon ».

Il faut faire le même calcul pour les aliments frais transformés (fromage râpé, carottes coupées, salade lavée, etc.) : est-ce que je serais prête à payer quelqu’un 112$/h pour couper et laver ma laitue? Non. Est-ce qu’un dollar ou deux de rabais sur le produit transformé me font réellement épargner plus que si j’achetais l’aliment frais? Pas nécessairement.

Internet regorge de recettes « à moins de 5$ par portion ». Oui, le prix des aliments a augmenté, mais il est encore possible de s’en sortir en étant créatif, et en réapprenant la base : prioriser les aliments locaux, en saison et cuisiner.

L’idée, c’est le juste milieu. Épargner, sans devoir faire des heures de recherche. Peut-être payer 1$ de plus des fois, mais avoir une qualité de vie, du temps pour les loisirs, la famille, les amis.

Activité amusante? Vraiment?

couponing

Si vous aimez faire du couponing, tant mieux : amusez-vous! Mais faites-le pour le plaisir, et non parce que c’est la meilleure méthode pour économiser.

Pour être honnête, cependant, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui fait du couponing par plaisir. Tout le monde semble le faire par obligation. Et, je retourne à mon premier point – peut-être que votre temps serait mieux investi ailleurs.

Tant qu’à ne pas aimer le couponing, pourquoi ne pas trouver d’autres façons d’économiser? En cuisinant plus? En jardinant? En adoptant les produits de marques maison? Les aliments moins dispendieux tels que les légumineuses sèches, ou les légumes congelés? En découvrant les aliments moches? En faisant du cannage avec les légumes de saison? En congelant des fruits l’été? En achetant des aliments près de leur date de péremption à rabais? Pourquoi pas en essayant même de « faire les poubelles »?

Parce qu’entendons-nous : je ne juge pas les gens qui sont en arrêt de travail, en recherche d’emploi, ou malades, à compter les sous, parce qu’ils sont réellement si près de ne plus pouvoir mettre des aliments sur la table. Je parle des gens qui ne sont peut-être pas riches (et je m’inclus là-dedans), mais qui peuvent avoir une belle variété alimentaire avec un minimum d’efforts. Et j’insiste sur les mots minimum d’efforts. Pas 10 heures par semaine.

Ma mère m’a parlé récemment d’une application nommée Checkout 51 – je ne l’ai pas testée, mais, si je comprends bien le principe, c’est un peu comme la circulaire d’épicerie, soit des rabais hebdomadaires, mais la différence, c’est que l’app nous offre des rabais sur les produits que l’on a DÉJÀ achetés. On scanne notre facture, on se fait rembourser pour les produits offerts cette semaine-là. Sans recherche. Et puisque ça se fait après coup, pas d’aliments achetés « parce que ». Une autre alternative intéressante – mais encore une fois, pas mal juste des aliments transformés.

« Les imbattables »

couponing

Plusieurs couponeuses jurent plutôt par les imbattables, c’est-à-dire faire la recherche de toutes les circulaires pour trouver les meilleurs prix offerts, puis se rendre chez Maxi ou Wal-Mart pour faire honorer ces prix.

À la base, c’est une idée intéressante. Mais ça requiert quand même de faire beaucoup de recherche parmi les différentes offres pour trouver les meilleurs prix. Et ça demande beaucoup d’organisation!

Et ça implique aussi avoir accès à un Maxi ou un Wal-Mart. Et, perso, il n’y a aucune de ces deux bannières près de chez moi. Je n’ai jamais fait l’épicerie chez Maxi de ma vie, donc je ne peux juger de la qualité de leur épicerie, mais, par principe, je ne suis pas certaine que j’ai envie de faire l’épicerie chez Wal-Mart.

Et ce n’est pas plus avantageux, ni au niveau du temps ni au niveau de l’argent, de faire de la route pour économiser quelques dollars.

Pour moi, il est plus avantageux d’aller à l’épicerie où je peux me rendre à pied (c’est un IGA, by the way), en allant faire un tour rapide au Super C quand je passe devant (aka une fois par mois, quand je vais chez le chiro), ou au marché, surtout l’été. Oui, je réussis à dépenser moins de 30, 40$ par semaine en épicerie (pour une personne), même sans imbattables.

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

couponing

Alors : allez-vous me lyncher ou êtes-vous d’accord avec ma vision du couponing?

23 réponses à Pourquoi je suis anti-couponing

  1. Nathalie 29 janvier 2016 à 8 h 44 min #

    J’ai récemment écrit un billet (http://economiesetcie.com/2015/11/cinq-obstacles-coupons-rabais/ ) qui allait un peu dans le même sens, notamment à propos du temps. C’est pourquoi je fais du couponing avec modération.
    Ma réalité est cependant différente de la tienne. Chez moi, il n’y a aucune épicerie où je peux me rendre à pied. De toute façon, trimballer à pied une épicerie pour quatre personnes… disons que ce serait un beau défi :-). La planification avec les circulaires demande du temps, c’est vrai, mais du coup, je ne vais à l’épicerie qu’une fois par semaine (vive le temps sauvé!) et tout mon menu est planifié (fini le casse-tête chaque soir!), donc je gaspille beaucoup moins.
    À moins de rouler en Hummer (ce n’est pas mon cas), je pense que ça vaut tout de même la peine de faire plus d’un commerce. L’essence n’est pas si chère (et dans notre cas, nous avons une voiture électrique qui ne coûte presque rien à faire rouler). Quant à la cartouche d’encre, si on imprime avec modération, c’est très peu aussi en comparaison avec les économies réalisées.
    Mais loin de moi l’idée de te lyncher ;-). Je pense aussi que le couponning extrême a des effets pervers et que ça peut être beaucoup moins avantageux que cela en a l’air.

    • Beatrice 29 janvier 2016 à 18 h 18 min #

      Merci de ton point de vue! Je suis également une fervente croyante en l’épicerie hebdomadaire – d’ailleurs, un de mes outils (et des futurs articles de la boutique) est une liste pour aider les gens à aller à l’épicerie une seule fois par semaine – correctement. De mon côté, j’y vais en fait une fois aux 2, 3 semaines souvent, surtout l’hiver où je mange moins de salades et autres légumes qui dûrent moins longtemps. Avec un bon sac à dos et un chariot à grand-mère, c’est possible de trainer une épicerie familiale. Bon, oui, faut qu’il y en ait une à pied, mais quand même. ;-)
      Mais, comme je le dit dans mon billet, le plus gros obstacle pour moi est le temps. Il n’y a personne qui va me convaincre que prendre 15 minutes pour sauver 1$ avec un coupon, ou prendre 30 minutes pour aller à une 2e épicerie pour sauver 6$ est une bonne idée. On a déjà trop peu de temps pour tout, les priorités ne devraient pas être les cents, mais bien les expériences et le temps passé avec ceux qu’on aime! :)

      PS. Je n’avais pas lu ton article, mais c’est vrai qu’on se rejoint sur certains points! :)

  2. Nathalie 31 janvier 2016 à 13 h 37 min #

    Pour un article, j’ai déjà fait le test de fréquenter six commerces. Ça m’avait pris plus de 2h, l’enfer! Une chance que j’étais payée pour le faire! Mais je t’assure que ça ne me prend pas 30 minutes de plus en faire une deuxième, parce que je prend la voiture, et surtout parce que je ne fais pas toutes les allées. Je vais directement chercher ce qui est sur ma liste et hop, je quitte. Cinq minutes, dix minutes s’il y a une longue file à la caisse ;-).
    Une fois aux deux ou trois semaines, je t’envie, j’avoue. Mais avec les enfants qui sont de véritables puits sans fond (et ils ne sont même pas encore à l’adolescence!) j’aurais besoin d’un deuxième frigo pour y arriver!

    • Beatrice 31 janvier 2016 à 17 h 16 min #

      Six commerces! Ark! Et je comprends pour le deuxième commerce, mais transport + parking + recherche + payer + mettre dans l’auto + transport + sortir de la voiture, pas mal certaine que ça fait au moins 30 minutes ;-) Je vais à une deuxième épicerie de temps en temps parce que l’offre est différente (Super C vs IGA ou Marché Jean-Talon), mais je pense que toutes les semaines, ce n’est pas nécessaire, car les mêmes choses qui sont en promo à l’épicerie B seront probablement en promo à l’épicerie A d’ici une semaine ou deux… ;-)

  3. Nathalie 1 février 2016 à 9 h 14 min #

    Non, je t’assure, Mais il faut dire que je n’habite pas en ville, donc je ne tourne pas en rond pendant 10 minutes pour me trouver un stationnement trois rues plus loin :-)

  4. Anne 1 février 2016 à 14 h 22 min #

    Zweet est une appli que j’utilise depuis longtemps (quand j’y pense) même principe que l’appli mentionnée dans ton billet, c’est pas nouveau finalement!

    Mais rabais sur fruits et légumes, lait ou produits transformés!

    • Beatrice 1 février 2016 à 14 h 38 min #

      Tu vois, je me suis fait une note à propos de cette app il y a environ… un an (oups). Et cette note est encore là, et je n’ai toujours pas downloadé l’app ou regardé plus en profondeur ? Faudrait que je regarde ça (pour vrai), surtout si tu mentionnes que c’est basé sur les achats réels et qu’il y a des offres sur les fruits et légumes!

      • Anne 1 février 2016 à 16 h 43 min #

        sur le lait aussi!
        Moi, mon pb, c’est que je n’y pense pas! Il faut regarder les offres de la semaine avant d’aller faire son épicerie!

      • Beatrice 1 février 2016 à 18 h 48 min #

        Haha, mais justement, s’il faut baser son épicerie là-dessus, c’est désagréable, je trouve! Ce qui est le fun, c’est d’être récompensée pour ses achats après les avoir faits, non?

  5. AudreyD. 6 février 2016 à 9 h 26 min #

    Je pense un peu comme toi, je pense qu’utiliser des coupons ici et là quand ça arrive c’est ben correct, mais passer 10h par semaine sur du couponing… Quand on calcule vite, c’est beaucoup plus rentable de travailler ces heures là même au salaire minimum. Je préfère planifier mes repas et cuisiner à partir d’aliments frais/non transformés (ou moins transformés disons): économique, plus santé et moins de gaspillage :)

  6. Stéphanie 6 février 2016 à 10 h 20 min #

    Wow! Tu résume ma pensée, je n’aurais pas pu dire mieux! Je suis bien d’accord!! Moi j’utilise parfois zweet et checkout 51. Par contre, moi je ne regarde pas avant d’aller faire l’épicerie… J’achète ce que j’ai besoin ensuite rendu à la maison je regarde les 2 apps, s’il y a des offres qui correspondent à ma facture je la scan si non poubelle. C’est certainement plus long avant d’avoir un chèque au bout du compte mais au moins j’ai rien acheter que je n’avais pas de besoin ou je n’ai pas changer mes habitudes de consommation à cause que j’aurai 0.75$ de rabais sur une boite de céréales loll..

    • Beatrice 6 février 2016 à 11 h 06 min #

      Absolument!!! Je vais essayer de tester Zweet & Checkout51. Ce n’est tellllement pas dans mes habitudes, je ne sais pas si je vais réussir! haha

  7. Geneviève 6 février 2016 à 15 h 42 min #

    Tu ne m’as pas rencontré mais ça va compter quand même lol Je ne fait pas du couponning par besoin financier mais parce que J’ADORE ca!

  8. Zoubeida 16 février 2016 à 18 h 38 min #

    Hi, la je suis rassuree hihihi je coryais etre la seule a trouver que le couponing me fait plus perdre que gagner!
    Merci de ma rassurer ?

  9. Francis 7 mars 2016 à 9 h 12 min #

    Bonjour,
    Ce que j’ai pensé dernièrement et je l’ai appliqué: je regarde le sommaire de la semaine à l’émission l’Épicerie. Ils disent ou sont les bons spéciaux de la semaine. Un petit tour sur internet, on regarde la fin de l’émission et le tour est joué. Facile pas long et j’économise ( toujours selon mes besoins de la semaine)

    Merci du bon travail,
    un gars ;D

  10. Alexandre Mancini 24 mai 2016 à 14 h 23 min #

    Salut Beatrice,

    J’ai vraiment aimé ton argument où le retour sur investissement temps/argent est faible pour le couponing. Il est bien mieux de travailler une heure ou deux de plus comme tu le dis, ou encore mieux, d’acheter ou de créer des actifs qui rapportent des revenus (comme ton blog) :)

    • Beatrice 24 mai 2016 à 16 h 18 min #

      Je suis bien d’accord! C’est certain que travailler « une heure ou deux », comme on dit, n’est pas donné à tout le monde, mais si c’est possible, c’est effectivement une solution qui pourrait rapporter bien plus!

  11. Lili Marchand 23 juin 2016 à 19 h 38 min #

    Ton titre m’a fait rire. C’est pas une religion le couponing c’est UNE façon d’économiser ;) Les aubaines en circulaires, les coupons, les applications et les points de cartes de fidélisation sont des options pour économiser.

    Je ne suis pas une couponeuse je suis une cheap mais pas cheap j’aime en avoir plus pour mon argent. À toutes les semaines je recherche les meilleures aubaines que je mets dans ma rubrique Nos économies. Tu prends ce qui t’intéresse.

    L’argent est pas toujours facile à gagner si je peux en économiser pour l’utiliser pour des affaires le fun je vais le faire. Justement je pars à Cuba en vacances cet été ;)

    • Beatrice 23 juin 2016 à 20 h 38 min #

      Le dernier paragraphe est pourquoi j’ai dit que tu avais le seul site de type « couponing » que je recommanderais à quelqu’un que ça intéresse, malgré mon anti-couponiing :)

Laisser un commentaire

Ne manquez plus un seul billet!

Abonnez-vous à l’infolettre mensuelle et recevez gratuitement le ebook 10 trucs pour économiser à l’épicerie... sans effort!

+1
Tweetez
Partagez636
Épinglez10