Ma première expérience en canot-camping

La semaine dernière, j’ai profité de quatre jours de VACANCES pour la première fois depuis 2013.

Les gens me répondent souvent « bin là, t’es toujours en voyage, ce n’est pas vrai que tu n’as pas eu de vacances depuis 2013! ». Voyage, oui, vacances, non.

Depuis juillet 2013, chaque fois que je suis partie à l’étranger, c’était soit pour le blogue (et j’avais donc des photos à prendre, des articles à livrer, etc.) ou je partais avec mon ordi, pour faire du télé-travail. Je ne me plains pas, c’est un choix que j’ai fait, mais ce ne sont pas des vacances.

Donc, il y a quelques semaines, quand mon amie Mel m’a invitée à me joindre à elle et d’autres amis pour quelques jours de canot-camping loin de la civilisation, j’ai sauté sur l’occasion. Je viens de terminer mon gros rush estival, c’était le moment parfait pour en profiter.

L’affaire, c’est que je ne suis pas une pro du camping. J’en ai seulement fait quelques fois, en Australie, parce que c’était la meilleure façon de vivre une expérience. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas d’hôtel à proximité pour visiter un endroit précis : soit je faisais du camping, soit je n’y allais pas.

C’est donc dans un ~lieu secret~ que j’ai complété ma formation de canot-campetière (lol), et j’avais envie de vous en jaser un peu!

(Tu te rends compte que tu aimes ce que tu fais quand, pour une fois que tu n’as pas à écrire sur un sujet, tu t’empresses de le faire!)

canot-camping

canot-camping

Kiki qui veille sur notre campement

Les essentiels

N’étant pas pro du camping, on s’entend que je n’avais pas tout le nécessaire pour profiter de ma longue fin de semaine. Par chance, je partais avec neuf personnes qui, elles, en font fréquemment, donc je n’ai pas eu à acheter tout le matériel.

Mel m’a prêté une tente (achetée en spécial au Canadian Tire, à 20$) et une bâche (achetée au Dollarama), et j’ai complété avec un matelas de sol (acheté chez la Cordée pour environ 130$), mon sleeping bag et mon oreiller de voyage.

Puisque je voyage pas mal toujours en sac à dos, tous mes accessoires sont très compacts, ce qui est bien sûr très pratique pour le canot-camping.

canot-camping

Ma mini-tente!

canot-camping

Tout mon stock pour 4 jours!

Parmi les autres essentiels, je dirais qu’il y a :

  • Toujours plus de bâches (et la corde pour les attacher)
  • Un mini-kit de cuisine (brûleur, chaudron, ustensiles, cafetière French Press, etc.)
  • Nourriture, eau et alcool (et une glacière pour tout garder au froid)
  • Des ziplocs pour toute, toute, toute!
  • Chaises pliantes (ou n’importe quoi pour s’assoir de façon semi-confortable)
  • Scie ou hache pour le bois de feu ***attention de n’utiliser que du bois déjà mort!
  • Savon naturel et biodégradable et papier de toilette
  • Vêtements qui sèchent rapidement, imperméables et chauds (et maillot!)
  • Souliers de rando et souliers d’eau
  • Une lampe de poche ou frontale
  • Livre, jeux ou autres

C’est pas mal tout. C’est fou à quel point on peut vivre avec peu, sans avoir l’impression qu’il nous manque quoi que ce soit!

Érika, une des personnes du groupe, avait un truc vraiment cool que je me promets d’acheter très bientôt : une gourde qui filtre l’eau du lac (ou de n’importe quelle source d’eau) pour la rendre sans danger pour la consommation. À seulement une trentaine de dollars, c’est un achat intelligent, qui permet de réduire de beaucoup le poids des bagages.

Pour la bouffe, il est pratique de congeler le plus de choses possible avant le départ, question de ne pas enlourdir la glacière avec des Ice-pak et de la glace, et donner le plus de chances que tout reste froid tout au long du voyage.

S’équiper pour le camping, ça coûte cher. Si vous êtes débutantes, comme moi, je vous suggère de commencer par emprunter le plus d’articles possible, pour voir si vous aimez cela. Ensuite, faites un gros achat à la fois, et n’ayez pas peur de payer le prix pour quelque chose de qualité qui va durer. Par contre, un nombre plus qu’étonnant d’articles de camping très pratiques peut être acheté au Dollarama et au Canadian Tire, question que la facture ne soit pas trop salée!

canot-camping

La tente gentiment surnommée « Boucherville »

canot-camping

La couleur de l’eau 😍

Une première expérience… sous la pluie

Avant de partir, on savait qu’il annonçait de la pluie une journée sur quatre. Finalement, il aura plu pas mal tout le temps. Et j’ai peut-être *un peu* chialé à ce sujet, haha.

canot-camping

Disons que j’avais mal pensé mes vêtements, qui ne séchaient pas assez vite, et que j’ai *un peu* paniqué quand il y a eu un gros orage et que l’endroit où nous avions installé nos tentes s’est transformé en lac (A+ pour la tente à 20$ qui n’a pas pris l’eau!). J’ai voulu me rendre utile en ramassant l’eau avec un chaudron… pour la repitcher de façon à ce qu’elle coule de nouveau sur les tentes en moins d’une seconde. Tsé, vraiment bright, haha.

J’ai aussi fait un MAGNIFIQUE barrage avec des cannettes de bière, qui, j’en suis CERTAINE, a vraiment aidé (même si tous mes amis me disent le contraire haha).

Mais bon. Vive les bâches! (et le mot bâââââââche) Elles nous ont pas mal sauvé la vie, nous permettant de ne pas toujours être pris dans nos tentes (quoi qu’un moment donné la pluie tombait tellement horizontalement que je suis allée me cacher quelques plusieurs minutes).

canot-camping

MON BARRAGE!

canot-camping

Nous avions prévu des déjeuners / dîners en petits groupes et des soupers de groupe : chaque petit groupe était responsable de l’un des trois soupers, ce qui signifiait moins de travail les autres soirs, une formule gagnante. On a tellement bien mangé!

Je dois avouer que j’étais vraiment contente d’être accompagnée de gens qui savaient ce qu’ils faisaient, car je n’aurais JAMAIS pensé à tout par moi-même, et en canot-camping, ce n’est pas comme si on pouvait retourner à la voiture faire quelques achats!

canot-camping

Notre seul semi-coucher de soleil (sous la pluie)

Ce que j’ai aimé

Mel nous avait dit qu’il n’y avait pas de réseau cellulaire, sur place. Finalement, au cours de la dernière année, une antenne doit avoir été installée, parce que j’avais cinq belles barres. Je dois avouer que j’étais un peu déçue, j’étais tellement excitée à l’idée de ne pas avoir internet pendant quatre jours!

Ma job, c’est d’être présente sur internet pas mal tout le temps, et sans m’en rendre compte, je suis devenue pas mal dépendante. Je ne vais plus sur internet pour le plaisir, j’y vais par automatisme. Je veux briser ce pattern, que je trouve nocif.

canot-camping

Profiter d’une des rares éclaircies!

Je me suis donné le défi d’aller sur internet que pour publier des photos sur Instagram (sans regarder les likes, commentaires ou d’autres photos) et finalement, vu la température, j’ai checké MétéoMédia pas mal aussi. Je dois avouer que ça me démangeait un peu de savoir que mon téléphone était là, en mode Airplane, mais avec du réseau, mais j’ai survécu aux quatre jours, et depuis mon retour, j’essaie de garder l’habitude de ne pas toujours avoir mon téléphone scotché à la main.

J’ai aussi aimé le fait de ne pas avoir de miroir pendant quatre jours, ni maquillage, ni peigne/brosse, ni rasoir, rien. Je travaille à la maison, donc je ne « m’arrange » pas tous les jours, mais j’ajuste toujours un ou deux trucs selon ce que je vois dans le miroir. Là, fallait juste assumer qu’on n’était peut-être pas à notre meilleur, mais qu’on était bien heureux.

Ce que j’ai moins aimé

Surprennement, j’ai assez bien dormi dans ma petite tente et mon nouveau matelas de sol y était pour beaucoup. J’avais seulement fait du camping en dormant sur des tapis de yoga dans le passé, disons que ce n’est pas la même affaire.

Je ne peux pas dire que j’ai adoré notre bécosse en plein air, même si j’étais contente qu’il y en ait une! Je ne m’habituerai jamais à utiliser autre chose qu’une « vraie » toilette.

canot-camping

Pis les moustiquessss! Les foutus moustiques. Même en achetant le meilleur anti-moustique selon internet et en en mettant aux heures ou presque, je me suis fait dévorer.

C’est sûr que je n’ai pas tripé sur la pluie non plus, mais y’a pas grand-chose que j’aurais pu faire à ce sujet, hein!

Malgré ces inconvénients, j’ai beaucoup aimé mon expérience. En fait, la prochaine fois, je crois que j’y retournerais plus longtemps, pour vraaaaaiment avoir le temps de décrocher. 

canot-camping

PS. J’imagine que vous voulez savoir le lieu où nous étions, hein? Malheureusement, celui-ci demeurera secret, puisqu’il n’y a qu’une dizaine de spots, et les amis qui m’ont invitée m’ont fait promettre de ne rien révéler pour qu’ils puissent continuer d’en profiter pendant de nombreuses années.

PPS. Si vous faites du camping sauvage, RAMASSEZ-VOUS! Surtout si vous êtes dans un lieu gratuit, comme nous, il n’y a pas vraiment personne qui passe derrière vous, alors laissez l’endroit dans le même état que vous l’avez trouvé!

Vous avez aimé ce billet? Épinglez-le sur Pinterest!

canot-camping

Peu importe votre budget, voyager, c'est possible! Visitez la page « Destinations » pour une bonne dose d'inspiration et pour découvrir des astuces pour économiser avant et pendant votre escapade.

Avez-vous déjà fait du canot-camping?

Ce billet vous a été utile? Réservez l'hébergement pour votre prochaine escapade sur booking.com et aidez à soutenir ELC : je recevrai une petite commission qui m'aidera à poursuivre la mission du blogue sans que ça ne vous coûte un sou de plus.
Ce billet contient des liens affiliés, ce qui signifie que je pourrais faire une commission si vous faites l’achat d’un produit que je recommande. Faire un achat via ceux-ci permet d’encourager ELC et ne change en aucun cas le prix pour vous. Pour plus d’informations, consultez la politique de vie privée.

, ,

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Ne manquez plus un seul billet!

Abonnez-vous à l’infolettre mensuelle et recevez gratuitement le ebook 10 trucs pour économiser à l’épicerie... sans effort!

+11
Tweetez
Partagez24
Enregistrer7